Archives de date "septembre 2005 [f2005Wed, 07 Sep 2005 13:30:11 +000009 30 07UTC 07 30UTC 07UTC11 Wed, 07 Sep 2005 13:30:11 +00002005-09-07T13:30:11+00:000130vUTC11 09UTC911000000UTCmercrediWednesdayUTC11]"

Le Paradoxe de Robinson

Capitalisme et société

De François Flahault , préface de Marc Guillaume (Préface)

Éditions Mille et une nuits – 7 septembre 2005

paradoxe-robinsonLe vide de la pensée progressiste auquel nous sommes confrontés correspond à une période de transition entre deux conceptions de l’être humain et de la société. La pensée occidentale se fonde depuis des siècles sur la conviction que l’individu précède la société et que celle-ci se développe avec l’économie – une conception incarnée par la figure de Robinson Crusoé. Or, les connaissances dont nous disposons aujourd’hui convergent vers la conclusion inverse : la vie sociale est à la base du processus d’humanisation, elle précède l’émergence de l’individu, elle est notre milieu naturel. Une véritable révolution des idées ! Qui conduit à penser autrement la place de l’économie dans la société. Il est temps de comprendre le renversement qui s’opère en silence mais qui n’en aura pas moins des répercussions sur la pensée politique.

L’avenir des idées

Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques

Lawrence Lessig

Presses universitaires de Lyon (1er septembre 2005)

avenir-des-ideesL’hostilité de Lawrence Lessig à l’égard des dérives monopolistiques et des excès de la réglementation, notamment celle du droit d’auteur, ne se fonde pas sur des présupposés idéologiques, mais sur une analyse précise, illustrée par de nombreuses études de cas, des conséquences catastrophiques pour l’innovation et la créativité que ne manqueront pas d’avoir les évolutions récentes de l’architecture de l’Internet.

De plus en plus fermée, propriétarisée et centralisée, celle-ci est en train de stériliser la prodigieuse inventivité à laquelle l’Internet a pu donner lieu à ses débuts. Historien scrupuleux des trente années de développement de ce moyen de communication interactif, d’échange de connaissances, de création de richesses intellectuelles sans précédent, Lawrence Lessig pose le problème en juriste, mais aussi en philosophe et en politique. C’est une certaine idée du partage des savoirs et de la création artistique qui est en jeu dans les tendances actuelles qui dénaturent les principes démocratiques de l’Internet originel.

Cette étude parfaitement documentée est aussi un pressant cri d’alarme.

Acheter l’ouvrage sur le site de l’éditeur…