Posts tagged "Robotisation"

Les robots et le chômage selon Jean Zin

Non, les robots ne sont pas la cause du chômage !

Une étrange rumeur se répand : nous serions menacés du grand remplacement par les robots qui nous voleraient nos emplois, alors même que nous connaissons actuellement un chômage de masse sans que les robots n’y soient pour rien, ou si peu ! Décidément, cette peur du remplacement prend toutes les formes. On a peur d’être remplacés par d’autres cultures, d’autres religions, comme on a peur d’être remplacés par des robots ou des transhumains. Cette peur d’un monde dont nous serions expulsés est on ne peut plus originaire, témoignant de la fragilité de notre ex-sistence et du caractère éphémère de la vie – car nous serons remplacés, cela ne fait pas de doute, pas plus que notre condition de mortels dont nous ne serons pas délivrés de sitôt !

L’idée que les progrès techniques feraient disparaître le travail est un classique qu’on retrouve à chaque grande crise où l’effondrement économique détruit les emplois en masse et crée soudain une « surpopulation » d’inemployables. Ce n’est pas du tout la première fois mais, à ne pas vouloir croire aux cycles économiques, on s’imagine à chaque fois que ce serait définitif cette fois, comme Dubouin dans les années 1930 qui parlait alors de « la grande relève par la machine » s’appuyant sur une déjà prétendue fin du travail pour justifier un revenu d’existence (qui se justifie tout autrement, par la non-linéarité du travail immatériel et non sa fin). Ce n’était pourtant un mystère pour personne que les causes de la crise de 1929 étaient bien financières !

Il faudrait quand même prendre conscience de toute la distance entre ces prophéties réitérées et les faits qui ont suivi. On peut rapprocher ces fausses évidences de ceux, pour qui ce sont les immigrés qui nous volent nos emplois mais, au fond, vouloir faire de la réduction du temps de travail un remède à la raréfaction des emplois procède de la même erreur d’analyse sur le fonctionnement économique et la nature du travail dans une société développée, qui n’a plus rien de la couverture de besoins basiques ni d’un ensemble de tâches fixes à partager mais évolue avec la technique et dépend largement de facteurs monétaires.

Ce texte est un extrait de l’article de Jean Zin
publié sur le blog jeanzin.fr le 18/02/2015
Copyleftcopyleft
Cliquez ici pour lire la suite & les (riches) commentaires…

 

Quel chômage technologique ?

Il est indéniable qu’il serait nécessaire de se préparer aux évolutions futures et pouvoir planifier la transition au lieu de laisser faire et d’en subir violemment la sauvagerie. Seulement, pour cela, il faudrait s’entendre sur notre futur, ce qui est loin d’être le cas. Le problème cognitif est primordial car il conditionne nos capacités de réactions. Il ne suffit pas de courir sur tous les plateaux pour inciter à l’action si on ne porte pas le bon diagnostic, notamment sur ce sujet central, qui agite la société, des transformations du travail.

Comme à chaque grande crise on nous prédit la fin du travail (Keynes, Duboin après 1929), vieille rengaine qui croyait pouvoir s’appuyer sur une étude de chercheurs d’Oxford (Carl Frey et Michael Osborne) concluant que 47% des emplois étaient « à risque » aux Etats-Unis au cours des dix à vingt prochaines années. C’est ce que l’OCDE (pdf) tente de réfuter en montrant que ce n’est pas si simple et ramenant ce taux à 9%, soit quand même 2 millions de chômeurs ! Il n’y a aucune garantie que ce soit l’OCDE qui ait raison, le nombre de créations d’emplois par poste de haute technologie est surévalué (et ce sont souvent des petits boulots) mais ses arguments méritent d’être discutés. Des innovations comme les camions autonomes peuvent affecter gravement toute une profession plus qu’ils ne pensent. Il devrait y avoir un impact social fort qu’il ne faut pas minimiser, pas plus que la tendance à sortir du salariat, mais ce n’est pas la même chose qu’une « fin du travail ». Il est crucial en tout cas de faire les bonnes évaluations.

J’ai déjà rappelé que dans la crise actuelle, « Non, les robots ne sont pas la cause du chômage » et que, de toutes façons, ce n’est pas le travail qui manque, c’est l’argent pour le payer, mais les transformations du travail posent de grands problèmes, exigeant notamment une refondation des protections sociales. Il est intéressant de voir que la nécessité d’un revenu de base est de plus en plus reprise comme moyen de compenser la baisse des revenus (et déjà presque mis en place avec la prime d’activité). Par contre je suis un peu étonné que la réduction du temps de travail soit évoquée, qui me semble ne pouvoir être appliquée qu’à un petit nombre d’emplois salariés. Ce qui est encore plus étonnant, c’est qu’ils supposent qu’une réduction du temps de travail compense les suppressions de poste, ce qui est l’argument de ceux qui voudraient lutter contre le chômage par la RTT et qui s’est avéré faux (sauf éventuellement au niveau d’une entreprise voire d’une branche). Je ne peux qu’encourager la réduction du temps de travail partout où c’est possible, jusqu’au mi-temps lorsqu’il n’y a pas de contrainte de continuité de service (ce qui est rare), mais il y a déjà trop de contrats ultra-courts et je ne comprends pas qu’on puisse croire encore que cela pourrait être efficace globalement, sauf un peu sur le court-terme et sans commune mesure avec les millions de chômeurs (de toutes façons malgré les 35h, les salariés travaillent toujours 39h, quand ils ne continuent pas à la maison avec leur portable). Il est encore plus incompréhensible qu’on s’imagine qu’il y aurait une chance que cela se fasse (en dehors d’un certain nombre d’usines ou de services) ! On est là dans le pur théorique si ce n’est dans la simple posture.

destroying.jobs_.chart1x910_0

Ce texte est un extrait de l’article de Jean Zin
publié sur le blog jeanzin.fr le 21/05/2016
Copyleftcopyleft 

Cliquez ici pour lire la suite & les (riches) commentaires…