Archives de date "février 2018 [f2018Thu, 22 Feb 2018 13:52:09 +000002 28 22UTC 22 28UTC 22UTC09 Thu, 22 Feb 2018 13:52:09 +00002018-02-22T13:52:09+00:000152vUTC09 02UTC209000000UTCjeudiThursdayUTC09]"

Le moment Galiléen des réseaux. Vous ne pouvez pas comprendre…

Ceux qui disent « Le Numérique », « L’Intelligence Artificielle », « Le Machine Learning », etc. Ceux qui imaginent que le monde est définitivement unifié et stabilisé autour des GAFAM et des BATX. Ceux qui voient l’éthique comme une sorte de rustine s’adaptant au gré du marché et des événements – événements qui n’en sont pas vraiment puisque c’est toujours plus de la même chose -. Ceux-là ne peuvent pas comprendre..

Dans l’histoire des réseaux, il y a eu plusieurs « moments Galiléens » que l’on a refusé de considérer. C’est le cas de l’expérimentation du « Mbone » dans le milieu des années 90 en même temps que l’irruption du web. Une toute autre topologie de l’Internet aurait pu l’emporter. Dans ce cas, ni Google, ni Facebook, ni les autres n’auraient existé sous la forme qu’on leur connaît.

Le « Mbone » ou « Multicast Backbone » est un réseau doté d’un protocole symétrique pair à pair de bout en bout.

Pourquoi cela ne s’est pas développé ? Bien parce que les opérateurs Telecom n’y ont pas vu leur intérêt. Le protocole a été jugé « not scalable », ce qui veut dire en clair que les opérateurs ne savaient pas où mettre leur tiroirs-caisses et les gouvernements ne savaient pas où placer leur boites noires.

Et pourtant elle tourne !

J’ai l’impression d’être l’un des derniers à me souvenir que ce réseau fonctionnait parfaitement ; qu’il était capable de relier les gens instantanément, sans aucun intermédiaire, et pour faire tout ce qu’ils ont envie de faire !

Ensuite d’autres réseaux expérimentaux ont vu le jour, rendant le Mbone soi-disant obsolète. Or ces nouveaux réseaux ne se sont intéressés qu’aux performances de débit, plus du tout à la symétrie du protocole..

Bref, « Le Numérique » m’apparaît comme un monde enfermé dans son géocentrisme. Plus précisément, nous ne connaissons que la première des « perspectives anoptiques » : la « perspective temporelle » qui trouve comme points de fuite les hubs du réseau. Si l’on reste coincé dans ce monde, il ne reste qu’à évaluer les puissances de calcul des hubs en question., bref à compter les points, ou à distribuer les bons et mauvais points comme s’apprête à le faire le GDRP pour tenter désespérément de contrer l’obscurantisme des plateformes et le posthumanisme des gurus.

Or comme le Mbone l’a montré, il existe une deuxième « perspective anoptique » : la « perspective numérique » qui décrit le fonctionnement des réseaux distribués pair à pair. Dans ce cas, il n’y a plus de « points de fuite » mais des « codes de fuite » : les codes sous couvert desquels les agents échangent et forment des assemblées. Sur un tel réseau, les phénomènes émergent d’une toute autre manière, sans doute suivant un processus similaire à une « conversation »…

Mais bon, vous ne pouvez pas comprendre…

Un article d’Olivier Auber, initialement publié sur Facebook et reproduit avec son aimable autorisation.

Sources d’inspiration :

Photo : The Opte Project Creative Commons Attribution 2.5 Generic

Michel Bauwens : des solutions pour un avenir post-capitaliste

Notre collègue Michel Bauwens, fondateur de la P2P Foundation, a récemment été interviewé à Chiang Mai, sa ville de résidence, par Pim Kemasingki. Cet article a été publié à l’origine dans City life Chiang Mai.

Pim Kemasingki : Ces deux dernières années ont été plutôt troublantes pour beaucoup d’entre nous qui regardons un monde que nous ne reconnaissons guère et dans lequel nous n’avons pas confiance – destruction de l’environnement, inégalité sociale béante, cupidité et matérialisme superficiel, monopole des entreprises, toxicité culturelle et atrophie politique. Ce n’est pas une jolie image, et si l’avenir est une continuation dans cette voie, il n’est pas très prometteur. Heureusement, il existe des solutions; la clé est maintenant de savoir comment injecter ces solutions initialement inconfortables dans un courant dominant résistant.

En 2012, j’ai interviewé Michel Bauwens, résident de Chiang Mai et entrepreneur social belge [May 2012: When Capitalism Ends and P2P Markets Prosprive], qui figure sur la liste (en)richie, aux côtés du Mahatma Ghandi et du Dalaï Lama, comme l’une des personnes dont la « richesse » n’est pas définie par leurs soldes bancaires, mais par ce qu’ils peuvent offrir à l’humanité. Il a parlé de sa croyance que la fin est proche pour le capitalisme et a préconisé une solution dans la formation des biens communs par le partage du savoir, de la technologie et des richesses. Il a averti que les ressources de la terre étaient limitées et que l’engloutissement de nos ressources par la propulsion du capitalisme n’était tout simplement plus viable ou soutenable. Michel Bauwens est co-fondateur de la P2P Foundation, qui fait des recherches sur la production par les pairs, la gouvernance, la propriété et les modes ouverts et libres de coopération humaine.

J’ai donc pensé qu’il était temps de retrouver Michel Bauwens pour voir à quel point il a progressé dans sa recherche et sa mise en œuvre de solutions aux défis actuels de l’humanité.

Si vous êtes un agriculteur qui utilise des pesticides sur vos terres, vous appauvrissez la terre chaque année, donc après une certaine quantité de récoltes, votre terre est morte. Si vous êtes un agriculteur biologique, chaque année, votre terre est de meilleure qualité. On peut tout simplement appliquer les mêmes principes aux gens « , explique M. Bauwens. Chaque année, Airbnb et Uber sont actifs, plus ils créent de problèmes sociaux. Par exemple, à Barcelone, Airbnb chasse tous les habitants pauvres de leur quartier et pensez aux conducteurs d’Uber qui n’ont ni pension, ni assurance. Saviez-vous que les pigistes sont la catégorie sociale qui s’appauvrit le plus vite en Europe? »

Michel Bauwens est le conseiller stratégique de SMart, une entreprise sociale fondée en Belgique et qui compte aujourd’hui plus de 250 000 membres dans neuf pays européens. Les membres sont principalement des pigistes qui versent environ 6,5% de leur salaire au collectif. En contrepartie, SMart met à disposition des ressources partagées telles que les systèmes informatiques, les comptables et les conseillers d’affaires tout en aidant à la collecte des factures et au paiement des membres dès la semaine suivant la facturation, ainsi qu’ à la couverture des indemnités de chômage, des impôts, des retraites et de l’assurance maladie. SMart a connu une croissance de 17 % l’an dernier.

Les plates-formes privées sont conçues pour rendre la main-d’œuvre aussi bon marché que possible en permettant aux travailleurs et aux fournisseurs individuels de se faire concurrence pour obtenir les prix les plus bas, en exploitant les ressources et la main-d’œuvre pour satisfaire les actionnaires, tandis que les plates-formes coopératives garantissent les salaires et créent des écosystèmes. M. Bauwens a expliqué qu’il travaille actuellement sur un écosystème entre Berlin, Bruxelles et Barcelone, boycottant le marasme de la politique nationaliste pour créer une alliance de villes en tant que forme transnationale de gouvernance où le développement des coopératives et des syndicats financera des alternatives dans des domaines tels que le logement, la terre, l’énergie et la communication. Le logement est tellement cher en Europe que des villes progressistes comme Gand ont décidé de louer pendant 99 ans 15% des nouvelles zones de développement en tant que fiducie foncière communautaire. Cela signifie que la terre devient commune et est gérée par un groupe de personnes par le biais d’une fiducie. C’est une façon idéale de protéger les ressources afin que les membres des coopératives d’habitation puissent bénéficier de prix de location garantis à vie, peuvent même léguer la propriété à leurs enfants, même s’ils ne sont pas autorisés à la vendre. A Gand, ils pratiquent également le covoiturage collectif et à but non lucratif. Ces nouveaux projets s’adressent à des ensemble de quartiers afin qu’un quartier puisse déterminer les besoins de transport de ses membres, mettre en commun les ressources et acheter des voitures à partager. Il a été prouvé qu’une voiture commune peut remplacer 12 à 14 voitures, et après tout, selon les recherches d’Uber, la plupart des voitures sont inactives 96% du temps. En Allemagne, 40 % de l’énergie est maintenant renouvelable et 60 % des marchés sont entre les mains de coopératives d’énergie appartenant à des consommateurs. Tout a commencé avec des coopératives de 50 à 60 personnes qui ont décidé d’investir collectivement dans des panneaux solaires, vendant leurs surplus à des voisins qui peuvent également se joindre aux coopératives pour aussi peu que 250 euros. Une fois que ce système a commencé à fonctionner et que de plus en plus de coopératives ont été formées, la minorité est devenue la majorité. En 2006, il y avait 50 projets similaires de biens communs urbains à Gand, en 2016, il y en avait 500. Certaines études montrent une croissance exponentielle de ce type d’initiatives en Europe. Je soutiens qu’ à travers la mutualisation, nous pouvons réduire notre empreinte de 80%. »

Cela ne signifie pas que de tels systèmes ne peuvent pas être transnationaux, en fait, ce que je propose est intrinsèquement transnational, mais non international, c’est-à-dire la coopération des citoyens et des organisations plutôt qu’une collaboration entre les États nations.

M. Bauwens croit également au travail politique, bien qu’il affirme que les États-nations sont actuellement trop faibles par rapport à des entités telles que les sociétés internationales pour être efficaces dans la conduite du changement. Au lieu de cela, il se concentre sur la création d’infrastructures parallèles, en travaillant principalement avec les villes et les collectifs qui peuvent se réunir, en boycottant les intérêts des entreprises et le bourbier de la politique nationale, pour créer une vague de fond pour un avenir plus durable.

« Cela ne signifie pas que de tels systèmes ne peuvent pas être transnationaux, en fait, ce que je propose est intrinsèquement transnational, mais non international, c’est-à-dire la coopération des citoyens et des organisations plutôt qu’une collaboration entre les États nations « , précise-t-il. Je travaille à la création d’infrastructures transnationales pour les coalitions entrepreneuriales afin de contrer lentement la situation monopolistique actuelle. Regardez Uber, il est puissant non seulement à cause de son logiciel de covoiturage, mais aussi à cause de l’intelligence artificielle qui apprend du comportement des gens, générant des données précieuses qu’ils vendent ensuite. Vous avez besoin de capitaux massifs pour faire cela et les petits groupes ne peuvent pas rivaliser, c’est pourquoi vous devez mutualiser. »

Prenant l’exemple des 25 000 membres des différents groupes nomades numériques de Chiang Mai, M. Bauwens explique que ces 21-35 ans sont ce qu’il appelle l’aristocratie ouvrière ou la classe cognitive; bien payés, voyageant et connectés aux opportunités. C’est là que les choses se passent bien, explique-t-il, mais le revers de la médaille est qu’ils ne sont pas du tout protégés, il n’ y a pas d’assurance maladie, pas de pension, ils ne possèdent rien de tangible. La question est de savoir comment créer un mécanisme de solidarité transnationale pour les protéger lorsque les États ne veulent pas ou ne peuvent pas le faire. Actuellement, nous pensons à des nations virtuelles, et bien qu’il y ait certainement des infrastructures mondiales émergentes de soutien, ce serait formidable si nous pouvions créer un filet de sécurité pour ces jeunes esprits brillants afin qu’ils puissent avoir un certain niveau de sécurité. »

L’idée générale est que les États nations fuient à la fois du sommet et du bas et, bien qu’ils en soient conscients, ils sont incapables de changer, d’où la réponse exponentielle des idées et des initiatives de leurs pairs. D’une part, la technologie prend l’initiative dans de nombreux domaines du changement. Voyez Bitcoin et Blockchain, une monnaie révolutionnaire exempte d’activité humaine et de gouvernement, qui promet d’uniformiser les règles du jeu. Pourtant, avec toutes les avancées technologiques, elle vient avec ses avantages et ses menaces. Alors que nous pouvons tous, en théorie, exploiter et profiter de ces monnaies, le coût d’un ordinateur pour exploiter des mines est en théorie prohibitif pour l’homme moyen et même si les arguments font encore rage quant au chiffre exact, il a été rapporté que Bitcoin consomme autant d’énergie que la République d’Irlande, et c’est sans parler du marché noir et de tous les malheurs sociaux qu’il englobe.

Pour moi, c’est la gouvernance, et non la technologie, qui est la question clé « , dit M. Bauwens. C’est ma plus grande critique de Bitcoin et Blockchain où la pensée dominante est que la machine est la solution. En raison du déséquilibre actuel du pouvoir de ceux qui contrôlent la technologie, transformant le pouvoir des Etats en entreprises – surveillance, collecte de données sur nos activités, gestion et contrôle des réseaux sociaux – l’anarcho-capitalisme est né. L’anarcho-capitalisme ne fait pas confiance aux faiblesses humaines et croit qu’on peut créer des codes pour tout gérer. Mais cette vision signifie que tout se réduit aux transactions et aux contrats du marché. Avez-vous déjà joué au Monopoly ? Nous commençons tous sur un pied d’égalité, mais parce que nous sommes en concurrence pour des ressources limitées, il y aura toujours un gagnant et des perdants. Je suis totalement contre l’argent qui nous gouverne. Je crois que c’est le dialogue entre les citoyens et la gouvernance des systèmes qui devrait déterminer le marché. Le marché devrait être au service des gens et vous devriez avoir des marchés qui leur imposent des freins et des contrepoids afin qu’ils ne détruisent pas l’environnement, ne créent pas de tensions sociales ou n’accroissent pas les inégalités. Parce que sinon vous avez le fascisme… et Trump. »

Nous sommes à court de possibilités de croissance, et historiquement, c’est à ce moment-là que les révolutions se produisent.

M. Bauwens reconnaît que l’avidité humaine fait partie intégrante du problème, mais soutient qu’en dépit de ce que beaucoup pensent, ce n’est pas notre seule nature ou force motrice. « Nous sommes des êtres mixtes et notre système actuel stimule cette partie avide de nous-même « , explique-t-il, « mais si nous avons un système pour contrôler notre avidité aux fins du collectif, et un système qui aide à stimuler d’autres caractéristiques humaines, alors je pense que nous pouvons avoir un avenir meilleur. Cela n’a pas toujours été le cas. A l’époque nomade, les résultats des activités n’étaient pas vendus, mais partagés avec la famille, les petites communautés mettant leurs ressources en commun. Lorsque la révolution agricole a eu lieu, l’économie du don est apparue avec des gens qui préservaient la paix en donnant des choses comme l’excédent alimentaire ou la main-d’œuvre, plus vous donniez, plus les gens se sentaient obligés de redonner. Ce n’est qu’Adam Smith, au XVIIIe siècle, qui a vu l’émergence du marché libre et la croyance que l’enrichissement personnel était une bonne chose. Je pense que nous pouvons tous voir maintenant que ce n’est pas le cas et qu’il est temps d’adopter une nouvelle façon de penser. Ce que je propose, ce n’est pas d’abolir complètement la cupidité et les marchés, mais plutôt de les réintégrer dans la société. Les marchés et les États devraient servir la société, pas l’inverse. »

Regardez Chiang Mai, les coopératives et les collectifs comme Pun Pun Pun ou les espaces de travail partagés », souligne M. Bauwens, « Ils sont là, ils travaillent et ils sont efficaces. Ensuite, examinez l’Europe où ces coopératives forment des réseaux plus vastes et acquièrent une influence sociale et politique. Une fois que vous avez le pouvoir de négocier, vous pouvez aller voir le gouvernement et exiger des changements, comme des subventions pour les énergies renouvelables. Il est évident et flagrant que nous devons lutter contre la croissance exponentielle des ressources, alors quelles sont les solutions ? L’un d’entre eux est bien sûr la technologie, et il y a de grands pas en avant pour trouver des sources d’énergie de remplacement ainsi que des moyens de réduire notre consommation. Mais avec l’explosion de la population et les menaces à grande échelle telles que les changements climatiques qui se profilent à l’horizon, la technologie risque de ne pas être suffisamment efficiente et efficace pour assurer la survie des sept milliards d’entre nous. C’est pourquoi je propose un changement de logique. Si nous avons des entreprises à but précis où il y a un mur entre la direction et les investisseurs, où il y a une limite au nombre d’années de rendement et où les bailleurs de fonds, les fondateurs, les travailleurs et les utilisateurs sont tous bénéficiaires de l’entreprise, alors l’objectif devient collectif. Toute la façon de penser passe naturellement au bien commun. »

M. Bauwens prend British Petroleum, où il travaillait, comme exemple d’une entreprise qui a dépensé des millions de dollars pour acheter des entreprises d’énergie renouvelable et mettre de côté leurs brevets, ce qui a menacé leur monopole, retardant ainsi l’évolution des énergies renouvelables au Royaume-Uni pendant trois décennies. « Ça a bien marché pour les actionnaires de BP, mais c’était un désastre pour tout le monde. »

Lorsque l’Internet est devenu accessible au public, ce qui est si passionnant, c’est que nous avons soudainement eu la capacité d’unir nos cerveaux, ce rassemblement de notre intelligence collective était semblable ou même plus grand que la révolution intellectuelle du XVe siècle qui a suivi l’invention de l’imprimerie, qui a soudainement produit et partagé des informations et des idées dans toute l’Europe. Le défi est maintenant que nous pouvons soit régresser, ce qui s’est produit à maintes reprises au cours de l’histoire (il suffit de regarder l’empire romain, par exemple, lorsque l’épuisement excessif des ressources a entraîné son effondrement), soit réformer et passer à une complexité plus grande, à un niveau d’intégration plus élevé. La seule façon pour le capitalisme de survivre est de croître parce qu’il a besoin d’accumuler du capital et d’augmenter les profits pour fonctionner. Nous sommes à court de possibilités de croissance, et historiquement, c’est à ce moment-là que les révolutions se produisent. Pour éviter cela, nous devons agir maintenant. »

« Je vais faire une affirmation audacieuse, » a conclu M. Bauwens, « nous pouvons déjà voir la structure sous-jacente de la société à venir. Lorsque la plus grande crise arrivera, et ce sera le cas, alors nous pourrons choisir une solution malsaine ou, si nous avons déjà de bonnes bases, la voie naturelle sera la solution saine. Nous devons changer l’idée que l’homme n’est motivé que par un comportement égoïste. Je crois que nous sommes plus complexes que cela et que les gens font les choses pour plus d’une raison, alors donnons-leur une raison et un chemin pour être plus qu’ils ne le pensent. »

Si la cupidité n’est pas notre moteur principal, si la nature humaine contient des caractéristiques plus complexes que la satisfaction de l’ego, si nous sommes capables d’être satisfaits, non pas avec moins, mais avec assez, si nous en tirons satisfaction et plaisir en contribuant à l’ensemble et au futur, si ces idées peuvent devenir notre propulsion et notre credo, si nous pouvons dépasser les limites que nous avons fixées sur nos capacités et nos ambitions, alors nous sommes capables et devons aspirer à plus…

Pour en savoir plus sur Michel Bauwens et ses travaux, voir aussi : commonstransition.org et p2pfoundation.net.

Transition Together : Symposium international sur la nécessité des transitions sociétales et du changement au niveau des systèmes

Jeudi 21 juin 2018 – 18 heures au samedi 23 juin 2018 – 13 heures
Le 4e Symposium international sur la conception de la transition
18h00 Jeudi 21 juin – 13h00, samedi 23 juin 2018
Dartington Hall, Totnes, Devon

Le « Transition Design Symposium » de 2018 réunira, pour la première fois, des représentants de mouvements et d’initiatives majeurs pour discuter du besoin urgent de transitions sociétales durables et de changements au niveau des systèmes, et amorcera les connexions qui rendront possible une transition rapide.

Conférenciers : Rob Hopkins, co-fondateur de Transition Town Totnes et du Transition Network, le professeur Terry Irwin, directeur de l’École de design de l’Université Carnegie Mellon, Michel Bauwens, P2P Network et Commons Transitions; John Thackara, auteur de How to Thrive in the Next Economy: Designing Tomorrow’s World Today; le futuriste Stuart Candy et Cameron Tonkinwise, professeur de design à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, Australie.

Panélistes : Laura Winn, directrice de la School for System Change, Forum for the Future, Sarah McAdam, directrice de la prestation, Transition Network, Andrew Simms, cofondateur, The New Weather Institute (Transition Economics), professeur Terry Irwin, directeur de la School of Design, Carnegie Mellon University, Peter Newell, STE

À propos du symposium

Organisé sur le domaine de Dartington, où se déroulent des expériences pionnières dans les domaines de l’éducation, des arts et de l’artisanat et du développement rural, et qui entre dans une nouvelle phase passionnante où il redonne vie à sa position de laboratoire du changement social, le Symposium réunira des personnalités de premier plan des mouvements mondiaux de transition vers la durabilité et de changement de système, des concepteurs, des éducateurs et des militants afin d’explorer les possibilités de collaboration accrue et la possibilité d’une transition rapide plus généralisée.

Les panélistes invités, représentant chacun un domaine différent d’activités liées à la transition ou au changement de système, présenteront leur point de vue sur la transformation sociétale qui éclairera et guidera les deux discussions de la première journée. Les participants seront invités à prendre part à ces discussions et à se joindre à un réseau mondial croissant de personnes engagées dans des projets, des initiatives et des recherches liés à la transition. Le deuxième jour du Symposium, une séance de visionnement, dirigée par la célèbre futuriste Stuart Candy, présentera aux panélistes et aux participants le rôle que jouent les visions futures dans les transitions sociétales et la valeur du processus de prospective pour catalyser le changement au niveau des systèmes.

Le Symposium débutera jeudi soir, par une réception de bienvenue et un dîner sur le magnifique domaine Dartington qui offrira aux panélistes et aux participants l’occasion de se rencontrer et d’entamer des conversations. Vendredi sera composé de tables rondes qui examineront les similitudes, les différences et les objectifs communs entre les différentes approches de la transition sociétale et du changement des systèmes et discuteront de la possibilité d’une plus grande collaboration. Le vendredi soir, les participants auront plus de temps pour une conversation détendue autour du repas du soir collectif. Samedi, Stuart Candy animera un atelier de prospective composé de groupes de travail et de panélistes. Cameron Tonkinwise propose des remarques de clôture et des réflexions juste avant le déjeuner.

Les communications et les actes du Symposium seront publiés par l’Université Carnegie Mellon et le Schumacher College dans les mois qui suivront l’événement.

Source et inscriptions

Photo : Schumacher College