Archives de date "octobre 2018 [f2018Tue, 02 Oct 2018 19:40:18 +000010 31 02UTC 02 31UTC 02UTC18 Tue, 02 Oct 2018 19:40:18 +00002018-10-02T19:40:18+00:000740vUTC18 10UTC1018000000UTCmardiTuesdayUTC18]"

Journal de Culture & Démocratie

Le Journal de Culture & Démocratie n°48 s’intéresse à la question du travail.

Le travail définit beaucoup plus que nous ne le pensons notre itinéraire de vie et ce dossier explore ce que travailler veut/devrait dire. Il propose des repères théoriques et expérientiels, des perspectives et du recul pour échapper à la pression univoque du fameux « jobs, jobs, jobs » !

La table des matières s’ouvre notamment avec une analyse des liens rarement explicités, entre travail et démocratie. Suivent une réflexion sur les relations entre travail et numérique, des retours d’expériences sur d’autres formes d’organisation du travail, des approches critiques sur le rôle des artistes dans la recherche-action, des restitutions de regards artistiques sur l’univers du travail, un point de vue de syndicaliste différent de ceux que relaient à l’envi les médias grand public, une sélection de films pour mieux voir ce qui se joue dans les usines et les entreprises, bref, un voyage multiple au coeur des interrogations et des réinventions à l’oeuvre aujourd’hui dans le champ du travail.

On trouve notamment au sommaire de ce numéro un article intitulé « Ce que fait l’économie collaborative au travail. Entretien avec Michel Bauwens | Propos recueillis par Irene Favero » :

Si vous deviez expliquer à un enfant ce qu’est le pair à pair, qu’est-ce que vous lui diriez ?

Je lui dirais que c’est ce qu’il peut faire dans sa classe, c’est-à-dire parler à tout le monde sans demander la permission, et s’imaginer qu’il peut faire ça avec tous les habitants de la terre. Le P2P, c’est cette capacité de pouvoir parler à tout le monde pour faire des choses ensemble et s’organiser. Aujourd’hui, plutôt que de le faire uniquement avec des gens qui sont près de chez nous, grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons le faire dans le monde entier. Avant, quand on s’adressait à une masse, on était obligé de passer par une hiérarchie. Aujourd’hui nous avons des moyens technologiques pour s’auto-organiser dans le monde entier selon des intérêts communs et le désir de créer et partager de la valeur ensemble.

Lire la suite…